Articles

Musées et mémoire : parler d’esclavage au sein des musées.

[Illustration : Jean-Baptiste Carpeaux, Pourquoi naître esclave,1868, Paris, Petit Palais, Collection en ligne ]

Doyen, Audrey

Pourquoi cette thématique aujourd’hui ?

Durant les semaines à venir, Mêtis se lance pour grand défi de parler avec vous d’un sujet sensible, mais actuel : le traitement par les musées de la mémoire et du patrimoine liés à l’esclavage.

Cette ambition s’ancre dans deux éléments clés qu’il est bon de rappeler ici : tout d’abord, différentes initiatives concernant ce sujet, portées aussi bien institutionnellement qu’individuellement, ont été mises en valeur durant le Black History Month qui s’est déroulé en février. Le Black History Month – ou Mois de l’histoire des Noirs – est une commémoration annuelle née aux États-Unis et qui a pour objectif de célébrer et visibiliser l’histoire de la diaspora africaine. Le Black History Month s’ancre profondement dans l’histoire de la traite des Noirs, puisque la commémoration nait en 1926 « pour » les 50 ans de la promulgation du 13e amendement de la Constitution des États-Unis qui abolit l’esclavage. Il est important de souligner que, tout d’abord organisée sous forme de « semaine », cette commémoration n’est pas qu’un événement mémoriel : elle vise aussi à coordonner et visibiliser les enseignements sur l’histoire afro-américaine et les travaux produits par les afro-américains. Officiellement reconnu aux Etats-Unis en 1976, le Black History Month essaime dans d’autres pays : en Grande-Bretagne d’abord, puis au Canada et finalement en Europe, beaucoup plus récemment. Largement débattu, aussi bien par les Noir.e.s que par les Blanc.he.s – favorise-t-il le séparatisme ou permet-il de corriger certains biais de l’histoire ? -, ce mois consacré aux afro-américains ouvre aux discussions sur le racisme et les discriminations, sur l’histoire coloniale et esclavagiste, et sur le traitement de l’ensemble de ces thématiques par les institutions culturelles et éducatives, dont font partie les musées.

Le hasard du calendrier fait qu’un nouveau cycle de Rencontres muséo débute en avril à Mêtis : intitulé « La collection indisciplinée », ce cycle de trois séances a pour objectif de considérer une utilisation « décomplexée des collections » qui pourrait « contribuer à la création de richesses individuelles et communautaires de manière à corriger les inégalités historiques, économiques, territoriales » (Vanessa Ferey, texte de présentation du cycle de rencontres). Le mois de mars a donc été une période d’échanges vifs et actuels au sein des équipes de Mêtis et autour des nombreuses thématiques que peuvent porter ces débats :

  • universalité des collections, des musées, de l’art, voire de certaines manières de penser ;
  • traitement de l’histoire esclavagiste et plus largement coloniale, incluant les problématiques de collections non occidentales présentes aujourd’hui dans les musées occidentaux, la recherche de provenances que ces collections exigent et les problèmes de restitution qu’elles soulèvent ;
  • rôle des musées dans la société, possible neutralité ou non ;
  • par extension et selon les réponses données à ces questions par les institutions autant que par les individus, se posent les questions de la visibilité de cette thématique, de sa mise en dialogue avec les publics mais aussi, au sein même des institutions, avec les personnels, les partenaires, etc.

Les échanges ont été encore renforcés par la tenue le 10 février 2022 d’une séance du séminaire conjoint entre le GREM et l’Ecole du Louvre portant sur la mémoire de l’esclavage dans les musées, dont les actes sont actuellement en préparation.

Plutôt que de garder dans nos tiroirs les nombreuses ressources collectées sur ce sujet durant ces discussions, nous avons fait le choix de vous présenter un dossier thématique dans lequel nous espérons que vous pourrez puiser des idées, avec lequel vous pourrez amorcer des discussions, sur lequel vous pourrez vous appuyer pour débuter, continuer ou approfondir ces réflexions.

Que contient ce dossier ?

Les contenus produits sur cette thématique sont de formes diverses : articles et conférences plus ou moins anciennes, à apprécier en version vidéo ou écrite ; réflexions éparses partagées sur les réseaux sociaux ; blogs de jeunes chercheur.euse.s et professionnel.le.s ; initiatives institutionnelles plus ou moins bien relayées ; tout ceci dans des pays aux histoires et contextes différents et sur des axes plus ou moins éloignés de la thématique initiale.

Nous avons choisi de structurer ce dossier en un article central – celui-ci – dans lequel vous pourrez retrouver les ressources produites par Metis d’une part, mais aussi toutes les ressources externes que nous avons collectées.

La publication des ressources produites par Mêtis s’étalera durant tout le mois d’avril et regroupera :

  • un cadre historique ;
  • un cadre des représentations artistiques de l’esclavage ;
  • des retours de professionnels sur la base d’entretiens et de mini-témoignages 
  • un article sur les aspects éthiques et déontologiques que cette thématique soulève dans les musées.

Par ailleurs, fidèle à son ambition de plateformes de ressources, Mêtis vous propose aussi un padlet participatif qui permet à chacun.e de proposer tout contenu jugé pertinent:

Made with Padlet

Il s’agit donc aussi bien de traiter le sujet sous un angle historique que de compiler des ressources et d’en produire spécialement pour cette occasion ; il s’agit de parler d’esclavage au musée, mais aussi de se demander comment en parler avec les publics et avec les acteurs des musées ; il s’agit de parler d’histoire, de mémoire, mais aussi de questionner l’engagement des professionnel.le.s de musées, voire de réfléchir, sans forcément les comparer, aux situations qui font écho, encore aujourd’hui, à des formes de travail non acceptables, voire illégales et souvent liées à des discrimination systémiques et qui se retrouvent – aussi – dans nos institutions.

L’enjeu est important : de nombreuses questions d’actualité sur les musées se croisent ici, mais toutes n’ont pas la même portée, n’amènent pas les mêmes réponses et ne peuvent être traitées de la même manière. Pour autant, nous avons choisi de penser cette thématique le plus ouvertement possible, en accueillant toutes les idées qui pouvaient s’en approcher et ce afin d’élargir notre pensée et de porter notre regard au plus loin, fidèles à l’idée que c’est aux carrefours des réflexions que se nichent les réponses les plus percutantes.

Cadre historique

Muséographie et représentations artistiques de l’esclavage

Aspects éthiques et déontologiques dans les musées

5 réflexions au sujet de “Musées et mémoire : parler d’esclavage au sein des musées.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s