Articles, Compte rendu de Rencontre

Journée de recherche-action « Les musées et l’argent »: Introduction par François Mairesse.

Guiragossian, Olivia

[Image: Karl Friedrich Schinkel, Elévation et plan de la façade d’un immeuble, 1840, New-York, The MET]

La matinée de la Journée de recherche action « Les Musées et l’argent: des frères irréconciliables? » qui s’est tenue le 5 mars 2019 à la Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle était consacrée à une série de conférences: François Mairesse, Françoise Benhamou et Audrey Doyen ont ainsi évoqué les liens entre les musées et l’argent, que ce soit au travers du dernier rapport de la Cour des Comptes (Audrey Doyen), dans une perspective historique (François Mairesse) ou en le déclinant au travers de trois axes, considérés comme « les nouveaux paradigmes des musées » (Françoise Benhamou).

« Introduction », par François Mairesse, Professeur des Universités, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

La fable soufie du musée

On avait parqué un éléphant venant de l’Inde dans une étable obscure. La population, curieuse de connaître un tel animal, se précipita dans l’étable. Comme on n’y voyait guère à cause du manque de lumière, les gens se mirent à toucher l’animal. L’un d’eux toucha la trompe et dit :

  • « Cet animal ressemble à un énorme tuyau ! » Un autre toucha les oreilles :
  • « On dirait plutôt un grand éventail ! » Un autre, qui touchait les pattes, dit :
  • « Non ! Ce qu’on appelle un éléphant est bel et bien une espèce de colonne ! » Et ainsi, chacun d’eux se mit à le décrire à sa manière. Il est bien dommage qu’ils n’aient eu une bougie pour se mettre d’accord.

Ce conte soufi rappelle que tout le monde voit l’objet selon son propre point de vue, et c’est bien la même chose pour le musée, dans lequel chacun appréhende cette institution aux rôles multiples, aux ressources multiples et aux publics multiples par son bout de la lorgnette. L’approche que chacun peut avoir du mécénat dans les institutions muséales relève de cette problématique. Les missions et rôles du musées sont généralement découpés selon le modèle PRC, proposé par Peter Van Mensch.

Les multiples strates du musées

Le modèle PRC proposé par Peter van Mensch et adopté par « l’École de Brno », structure les missions muséologiques selon trois axes : la conservation (Preservation), l’étude (Research) et la communication (Communication). Dès que l’on parle du musée, quels que soit les lieux et les époques, des questions relatives à l’argent sont soulevées dans chacun de ces domaines, et cela implique également d’appréhender le musée de manière plus vaste. On peut considérer à cet égard un modèle hybride fonctionnant sur 3 types de logiques.

Capture d’écran (58)

Ces trois logiques (publique, marché, don) ne peuvent être appréhendées de manière pure. Elles existent toujours les unes en fonction des autres. A l’exemple du Louvre (qui ne représente que lui-même), l’origine des recettes est éclairante, la part des subventions de l’Etat (32% des recettes en 2017) est moindre que celle des ressources propres de l’établissement (45%). On remarque par ailleurs que les ressources propres proviennent d’activité très diverses, avec une part majeure de la billetterie et une part importante des licences de marques.

Mairesse Louvre2017
Mairesse Louvre2017 2

Musées et capitalisme

Le musée s’intègre donc dans un système de flux financiers, où différents types de logiques sont mobilisées : marchés nationaux, pouvoirs publics, mécènes et patrons, commun, musée (réseaux associatifs, musées privés, etc.). Les types de négociations peuvent aussi être différents : démontrer, courtiser (le mécène), décider (la direction, le fondateur), fédérer.

Ce qui est intéressant, c’est d’inscrire cette évolution au fil des époques et de l’évolution du musée. Rappelons également le lien fort de la collection et du capitalisme à la Renaissance : l’idée du musée naît dans les foyers du capitalisme !

Finalement, les logiques et les types de négociations sont des variables, qui s’adaptent selon les stratégies et de projets propres à chaque musée.

Pour aller plus loin:

Mairesse, François. 2019. « Le Principe d’accumulation ». In: Le Marec, Joëlle, Schiele, Bernard et Luckerhoff, Jason (Eds), Musées, mutations…, Paris: OCIM, p. 203-216.

Mairesse, François. 2010. Le Musée hybride. Paris: La Documentation française.

Van Mensch, Peter. 1992. Towards a methodology of museology. University of Zagreb, Faculty of Philosophy, Doctor’s Thesis.

Retrouvez aussi la synthèse de la table ronde, la conférence de Françoise Benhamou et la conférence d’Audrey Doyen.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s