Compte rendu de Rencontre

Faire parler les murs ! L’influence du lieu sur l’expérience de visite. Morceaux choisis de l’intervention de Damien Masson.

Masson, Damien

[Image : Haus-Rucker-Co, Environment transformers, 1968, Centre national d’art et de culture George Pompidou ]

La table ronde des Rencontres muséo du 31 octobre 2017 avait pour thème : faire parler les murs ! L’influence du lieu sur l’expérience de visite. Ce qui caractérise le musée est sa spatialité : l’engagement corporel et sensible du visiteur y est inéluctable. Mais en quelle mesure le lieu – tant par son ambiance que par les œuvres qu’il expose – conditionne-t-il la façon dont un individu s’approprie sa visite du musée ? Quels sont les éléments qui influencent réellement l’expérience de visite, la perception et l’appréciation ? Voici quelques extraits de l’intervention de Damien MASSON, Maître de conférence en urbanisme, Chercheur du laboratoire MRTE (Université Cergy-Pontoise) et chercheur associé à l’UMR Ambiances, Architectures, Urbanités.

Avec les trois intervenants de cette conférence, nous avons pu réfléchir aux modalités d’expérience du visiteur à travers le lien sensible qu’il crée et entretient avec les œuvres (Marcus Weisen), le lieu et son ambiance (Damien Masson) et les éléments propres au dispositif muséal – scénographie, outils de médiation culturelle, etc.(Soumaya Gharsallah-Hizem). Ces questions ont été abordées à travers la présentation d’exemples et de projets concrets.

yuvraj-singh-414312-unsplash

« Le corps est un langage par lequel on est parlé. Le corps ne parle pas, mais on est parlé à travers lui. De la même manière, les murs ne parlent pas, mais ils ont un langage. L’accès à ce langage se joue dans les interstices qui lient les oeuvres mises à disposition et les expériences de visite ».

« J.-F. Augoyard* développe la notion de rhétorique cheminatoire: c’est en parcourant l’espace qu’on lui donne du sens. L’espace prend sens à partir du moment où il est pratiqué ».

samuel-zeller-485708-unsplash

« L’ambiance fabrique les conditions de possibilité d’avènement d’une expérience. Elle est:

  • indivisible
  • immédiate
  • omniprésente
  • diffuse »

Augoyard, Jean-François. (2007). « La construction des atmosphères quotidiennes: l’ordinaire de la culture ». Culture et recherche, 2007, p. 58-60.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s