Uncategorized

Edition 2020

[Illustration : Théodore Géricault, Etudes de main et visage, 1818 – 1819, Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris, Collection en ligne, Paris Musées]


Ces dernières années ont vu émerger des formes nouvelles de rencontres et de diffusion de l’information et de la recherche portées tant par des universités ou des centres de recherche, que par des instances de l’État en France, mais aussi à l’international.

Sur ce modèle et inspirée par ces initiatives, l’équipe de l’association Mêtis a souhaité développer au printemps 2020 à Paris le premier “Festival de la muséologie”. Nos expériences académiques nous ont montré que la muséologie, discipline récemment structurée et légitimée, regroupe des chercheurs de tous domaines (SIC, anthropologie, histoire de l’art, etc.) et se développe dans des lieux variés (musées, universités, associations, etc.). Il nous paraît donc crucial que, d’une part, les acteurs de cette recherche se rencontrent, mais surtout que les résultats de leur travail, leurs méthodes et leurs ambitions puissent se déployer auprès des premiers intéressés : les publics, les institutions culturelles, leurs tutelles administratives et politiques, et les professionnels du monde muséal, tous métiers confondus.

Cette première ambition a subi de plein fouet la crise sanitaire de 2020 : après avoir été reporté, le Festival a été annulé. Cependant, l’équipe ayant travaillé en collaboration depuis de nombreux mois tant avec les universités, les formations, que les revues du champ et un grand nombre de professionnels et de chercheurs, il nous a semblé important de laisser une trace – même symbolique – de ce travail. 

Le Festival, qui avait pour mission d’être un moment de rencontre et d’activités a donc été transformé en ce catalogue, dans l’esprit de l’ambition première : présenter les recherches en cours (au travers de posters des jeunes chercheurs de tous horizons, et de tables rondes déclinées en podcasts) ; visibiliser les formations en muséologie (grâce à un catalogue non exhaustif et en constante amélioration des principaux masters en muséologie et/ou patrimoine, ainsi que grâce à l’impressionnant travail de Maïlys Liautard sur la cartographie des formations françaises) ; finalement, mettre en lumière la recherche et sa diffusion (avec la présentation d’un panel des revues du champ).

Vous pouvez télécharger le catalogue en cliquant ici.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s