Articles

Les Fours à chaux de Saint-Ursanne (CH) : le « third place » jurassien.

Doyen, Audrey

[Image : Union photographique Française, Rue Lamblardie immeuble à l’angle de la rue Picpus, 12ème arrondissement, Paris., 1909, Musée Carnavalet, Collection en ligne, Paris Musées ]

Merci à Elodie Paupe et Nicolas Paupe pour leurs compléments d’informations et relectures, ainsi qu’à David Gigon pour les images de Mont Terri Productions.

L’usine des Fours à Chaux, située à Saint-Ursanne dans le Jura suisse, possède plus de quarante kilomètres de galeries souterraines, d’où a été extrait le calcaire de 1907 à 1993. Lors de l’abandon de l’usine s’est posée, comme pour de nombreux lieux industriels désaffectés, la question de son devenir : réutilisation? Privatisation? Rachat par l’Etat? En 2007, la question est tranchée et le Canton du Jura décide d’acquérir le lieu et d’en faire un centre culturel. Mais comment? Sur quel modèle? Nous avons rencontré Noémie Merçay, membre de l’une des associations du projet, pour comprendre comment s’est construit ce qui pourrait bien être un des premiers tiers-lieux culturels suisses.

L’importance de la société civile

Longtemps, les tribulations politiques jurassiennes empêchent de voir se dessiner clairement un projet culturel cohérent dans les fours à chaux de Saint-Ursanne. Cependant, des acteurs de la région « se battaient depuis leur adolescence pour prendre possession du lieu ponctuellement », nous explique Noémie Merçay : des soirées électro (organisées par Mont-Terri productions) se tenaient depuis 2001 dans l’entier du bâtiment, dans des conditions cependant extrêmes (de nombreuses passerelles et mezzanines composent la structure du bâtiment). Le lieu est alors fermé en 2011 pour raisons de sécurité pendant plusieurs années et rouvre en 2014 avec l’interdiction d’accéder aux étages de l’usine.

IMG 20170707 135633

Outre la société civile locale, profondément liée au lieu et désireuse de porter un projet de réappropriation, l’entreprise suisse Swisstopo, qui mène des expériences sur l’argile opalinus occupe aussi les lieux depuis 1996, soit très longtemps avant que ne s’y tienne une activité culturelle; les Fours à Chaux se révèlent alors comme le lieu de croisement de gens polyvalents, touche-à-tout mais liés par un point commun: l’innovation, la créativité et un questionnement sur ce qu’est que « faire », que ce soit dans l’art ou dans l’industrie. Se met petit à petit en place un système de réseaux, d’échanges, de mutualisation des ressources entre les associations et organisations aux objectifs différents (Visarte.Jura y a organisé sa biennale, ARCOS des expositions d’art, Musique des Lumières un opéra, etc.). Le modèle plébiscité est alors hybride : si c’est le Canton et donc l’Etat qui possède le lieu et le finance en partie, c’est une commission de gestion composée du Canton, de Swisstopo, d’URSINIA et des associations traditionnellement culturellement actives dans le lieu (visarte.jura et Mont terri productions) qui gérait le lieu et sa programmation.

IMG 20170707 134958

La reprise par Ursinia

Au 1er juin 2018, la gestion culturelle prend un nouveau tournant et est confiée par l’Office de la culture du Canton du Jura à URSINIA, association culturelle locale dont l’objectif est de promouvoir la culture. Si URSINIA s’occupe de programmer les événements, ils ne les produisent pas, et ce sont toujours les acteurs privés ou de la société civile qui créent, organisent et financent ces événements. Cependant, l’association joue un rôle fédérateur prépondérant qui permet d’entretenir une communication entre tous les acteurs, optimiser l’usage des ressources, mutualiser certaines choses.

Différents événements se tiennent aux Fours à Chaux en lien avec l’activité culturelle du Canton. Ainsi, durant l’été 2017, les Fours à Chaux ont par exemple accueilli des artistes en résidence dans un projet innovant : mettre en valeur le processus de création plutôt que l’œuvre achevée et ainsi sortir d’une forme de dictature du chef-d’œuvre. Le projet suscite des questionnements pointus : comment exposer un processus plutôt qu’une œuvre ? Comment rendre compte aux administrations de tutelle du travail effectué ? Quels peuvent être les principes de médiation mis en place ? Comment tisser un lien entre les artistes en résidence et les Jurassiens qui habitent et vivent aux alentours de ces fours ? Différentes réponses ont été apportées par les artistes présents : faire participer un agriculteur au processus d’écriture de poèmes, exploiter les ressources naturelles locales pour la création de certaines œuvres, etc. Un ouvrage est d’ailleurs en préparation sous la direction de Rémy Wenger pour traiter de ces questions et de l’évolution de ce lieu atypique dans le paysage culturel jurassien.

MTP 02

La consécration des espaces hybrides

Nichés au cœur du Jura Suisse, les Fours à Chaux se révèlent un lieu bouillonnant aux multiples potentialités ; rhizome complexe où peuvent se lier différents porteurs de projets culturels, il survit sur la base d’un modèle hybride de financement privé-public et d’implication forte de la société civile dans la recherche de ces financements et dans l’orientation des projets. A ce titre, il constitue très certainement l’illustration même de ce que la sociologie américaine définit comme un « third place ». Si nous ne revenons pas sur la pertinence et la relativité de l’innovation de ce concept, qui pourraient faire l’objet d’un article différent, force est de constater qu’entre le privé et le public, entre le loisir et le travail, entre l’associatif et le professionnel, entre l’Etat et la société civile, entre la ville et l’espace personnel, se construisent des espaces hybrides d’où émergent de nouvelles possibilités de créer, de consommer et de diffuser la culture.

Et pour aller plus loin:

Le site de l’association et la programmation d’Ursinia : http://www.ursinia.ch/index.php/fr/foursho

Le site de l’entreprise Swisstopo, colocataire des lieux : https://www.swisstopo.admin.ch/content/swisstopo-internet/fr/home/meta/media.detail.news.html/swisstopo-internet/news2019/time-space/st-ursanne.html

Les soirées de Mont-Terri productions, d’où sont tirées les photographies illustrant cet article : http://www.canalalpha.ch/actu/cest-reparti-pour-les-soirees-electro-a-saint-ursanns/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s